Pathologie respiratoire

La kinésithérapie respiratoire est le traitement de choix en cas d’encombrement bronchique, que ce soit dans le cadre d’une bronchiolite chez un nourrisson ou lors de la prise en charge d’un adulte atteint de bronchite pulmonaire chronique obstructive.

Mais également dans le cadre des pathologies respiratoires restrictives qui provoquent, en outre, une diminution du volume pulmonaire total. 

La kinésithérapie permet d’éviter des dégradations rapides de l’état de santé d’un patient encombré mais ne diminue pas le temps de guérison.

Néanmoins le risque d’hospitalisation se voit fortement diminué. Le confort des patients suite à un désencombrement bronchique est tout à fait appréciable et peut parfois permettre de vivre normalement en dehors des séances.

Des séances de kinésithérapie respiratoire sont donc prescrites dans le cadre d’affection bronchique virale ou bactérienne provoquant des encombrements pulmonaires importants mais peuvent aussi être prescrites en pré ou post-opératoire dans le cadre d’interventions chirurgicales thoraciques et/ou pulmonaires.

La kinésithérapie respiratoire dans le cadre de la bronchiolite :

La méthode consiste en une accélération du flux expiratoire visant à faire expectorer aux petits patients les sécrétions bronchiques obstruant les voies pulmonaires et/ou les voies aériennes supérieures. La séance de kinésithérapie respiratoire chez un nourrisson peut paraître très impressionnantes du fait de la souplesse de leur thorax. Néanmoins l’enfant ne souffre pas à proprement parlé, il est impressionné par la situation et sans doute fortement gêné par la remontée des sécrétions dans sa bouche. Souvenez vous de la tête que vous avez fait la dernière fois que vous avez un glaire qui vous est remonté dans la gorges… Et il arrive que certains nourrissons n’expectorent pas leur sécrétions mais les déglutissent, ceci n’est pas dramatique en soi puisque l’important est le dégagement de l’arbre bronchique. L’acidité de l’estomac jouera alors son rôle dans la destruction des microbes. Dans ces cas, il se peut que votre enfant vous fasse des selles glaireuses dans les heures ou premiers jours qui suivent le traitement.

Il est important que l’enfant n’ait pas mangé au moins une heure avant la séance de kinésithérapie respiratoire.

En cas de traitement par babyhaler, nous pouvons vous montrer la bonne manière de l’utiliser et surtout lorsque vous lavez la chambre d’inhalation il est important de la laisser sécher à l’air libre et de ne pas l’essuyer au risque de créer de l’électricité statique.

 

En cas de doute, si votre enfant s’alimente mal (moins de 50% de ses rations habituelles), présente une baisse de tonus, des extrémités cyanosées (doigts, pieds ou bouche bleus), des marbrures, une accélération conséquente de la fréquence respiratoire ou de grands mouvements (battements) des ailes du nez ou encore un creu sous la cage thoracique lorsqu’il respire appelez le 15 afin d’avoir l’avis du médecin référent du SAMU qui vous indiquera la marche à suivre.

Recherches populaires : Kiné Metz
Remonter